Rebello réclame une enquête du MTQ

Rebello réclame une enquête | Municipalité de Saint-Mathieu

Le député de La Prairie, François Rebello, demande au ministère des Transports (MTQ) de faire enquête sur l’octroi d’un contrat à la firme Louisbourg SBC, une propriété de Tony Acurso, concernant la construction d’un viaduc à Saint-Mathieu, en Montérégie.

«Je suis surpris que malgré le faible écart de 588$ séparant les deux plus bas soumissionnaires sur un contrat totalisant plus de 4,5 millions $, le MTQ n’ait pas comparé l’expertise des sous-traitants de ces deux firmes», s’est étonné le représentant caquiste lors d’une conférence de presse tenue à l’hôtel de ville de Saint-Mathieu en présence de la mairesse Lise Poissant.

M. Rebello a ainsi déploré le report du chantier au printemps prochain en raison d’une mauvaise conception des poutres d’acier. Initialement, les travaux de cette structure qui enjambe l’autoroute 15 devaient se terminer à Noël.

«Comment se fait-il qu’on soit arrivé à ce choix-là (Louisbourg SBC) et qu’on se retrouve avec des poutres toutes croches? Si j’étais au ministère, je regarderais ce qui s’est passé», a-t-il réitéré, laissant entendre qu’il serait favorable à la tenue d’une enquête par le MTQ.

François Rebello n’était toutefois pas en mesure d’affirmer s’il y a eu ingérence ou non dans l’octroi du contrat.

La mairesse demande une compensation financière au MTQ

Mme Poissant demande pour sa part au MTQ de remettre à sa Municipalité la totalité des pénalités financières exigées à l’entrepreneur Louisbourg SBC, pour son retard dans l’exécution des travaux de réfection du viaduc.

«Notre Municipalité est coupée en deux depuis que le viaduc n’est pas terminé, a-t-elle rappelé. Nos résidants doivent faire un détour de 20 kilomètres. Les véhicules empruntent le chemin Saint-François-Xavier comme route de détour. Nous avons réalisé une étude qui démontre l’augmentation du trafic sur cette voie depuis le début des travaux. Ces données seront envoyées au MTQ lorsque viendra le temps de faire nos réclamations», a expliqué la mairesse, expliquant que plusieurs commerçants de sa localité frôlent la faillite en raison d’une baisse de l’achalandage de leur commerce.

Selon elle, le MTQ devrait avoir une politique de dédommagements financiers pour soutenir les municipalités qui se retrouvent prises en otage lors de travaux majeurs effectués sur des axes principaux ou stratégiques.

Texte écrit par David Penven | Agence QMI.

Consultez également le reportage de M. Yves Poirier, Groupe TVA, publié au bulletin de nouvelles du 30 janvier 2012 :

http://tvanouvelles.ca/video/1424117223001/des-travaux-denonces-reportage/